Gestion des risques épidémiologiques émergents en Asie du Sud-Est - GREASE

Date de mise à jour : 30 mai 2016

Ce réseau transfrontalier a pour mission, par synergie et mutualisation de compétences à une échelle régionale, d’améliorer la gestion des risques associés aux maladies transfrontalières (TADs) et émergentes dans les champs de la santé animale et de la santé publique vétérinaire, en lien avec les décideurs et les acteurs de la santé (services vétérinaires des pays concernés, organisations internationales, instituts de recherche, agences de coopération…).

En Asie du Sud-Est, de multiples facteurs écologiques et socio-économiques ont déterminé des agro-écosystèmes particulièrement propices à l’émergence et à la diffusion des maladies animales et zoonotiques. Aussi, la création de ce réseau autour de l’enjeu majeur que représentent les maladies animales émergentes, notamment les zoonoses, répond à une problématique forte dans cette région dans le cadre d’une approche « One Health » de la santé publique.

Ateliers et formations, missions et réunions scientifiques permettent d’animer ce réseau qui réunit en son sein des partenaires issus de domaines variés : chercheurs de différentes disciplines, experts internationaux et institutionnels. Notamment, l’intégration pluridisciplinaire entre sciences biologiques et sciences sociales constitue un objectif fort du réseau. A ce titre, divers programmes de recherche en cours mobilisent la mise en œuvre de démarches de recherche participative.

Les objectifs

  • Organiser et animer la recherche et la formation au niveau régional.
  • Elaborer des stratégies intégrées et multidisciplinaires pour l’étude des émergences sanitaires.
  • Participer à la construction et à la diffusion de modèles génériques de gestion des maladies émergentes en santé publique vétérinaire, adaptées aux contextes socioéconomiques et sociopolitiques locaux.

Les axes de recherche

  • Ecologie et Anthropologie de la santé dans un cadre « One Health ».
  • Méthodes d’évaluation des systèmes de surveillance incluant les aspects économiques et sociaux.
  • Eco-épidémiologie des grippes animales.
  • Emergences zoonotiques (suidés, réservoirs sauvages, rongeurs,…).
  • Développement d’outils de modélisation issus de la théorie des graphes (SNA) et de la modélisation d’accompagnement.
  • Sociologie, gouvernance et perceptions des risques sanitaires dans un cadre « One Health »

Les partenaires

6 membres engagés par la signature d’un Memorandum of Understanding (MoU) régional  :

  • L’université Central Mindanao (CMU) aux Philippines
  • Le Cirad
  • L’université de Kasetsart (KU) en Thaïlande
  • L’Institut national de recherché vétérinaire du Vietnam (NIVR)
  • L’université nationale du Laos, collège d’agriculture du Nabong (NUOL)
  • L’institut national de recherche vétérinaire du Cambodge (NaVRI)

Un réseau dynamique d’institutions partenaires associées et d’observateurs, impliqués dans GREASE dans le cadre de projets de recherche et de formations thématiques :

  • Le CNRS et l’IRD en France
  • L’Institut Pasteur du Cambodge
  • L’université de Thammasat (faculté de sociologie et d’anthropologie) et l’université de Mahidol (faculté de médecine tropicale) en Thaïlande
  • L’université de Gadjah Mada et l’Indonesian Center for Animal research and development (ICARD) en Indonésie
  • L’université de Hong-Kong
  • L’université de Murdoch en Australie
  • L’OIE, la FAO en termes d’organisations internationales
  • L’Ambassade de France à Bangkok (action régionale santé) et l’USAID (programmes RESPOND et PREVENT) en termes de programmes de coopération régionale

Des perspectives

D’autres structures de recherche, en Indonésie, en Malaisie, en Chine et à Singapour notamment, ont manifesté leur intérêt pour le réseau et leur rattachement à moyen terme est d’ores et déjà envisagé.

A terme, ce réseau régional du sud-est asiatique est amené à être intégré dans un dispositif structurant plus vaste qui rassemblerait les zones d’interventions du Cirad en un grand réseau intertropical. Des réunions d’échanges entre chercheurs et des formations sont programmés chaque année afin de co-construire collégialement, avec les membres du réseau et quelques observateurs, les priorités de recherche au sein d‘ensembles géo-épidémiologique à définir.

Date de mise à jour : 30 mai 2016

Cookies de suivi acceptés