Soutenance de thèse de Marie Marie Olive

Titre : "Mécanismes de transmission de la Fièvre de la Vallée du Rift à Madagascar"

Soutenance vendredi 16 décembre à 9h en Salle 40, au CIRAD Lavalette

La Fièvre de la Vallée du Rift (VFVR) est une arbovirose zoonotique affectant principalement les ruminants et les humains. Son éco-épidémiologie complexe implique de nombreuses espèces de vecteurs, d'hôtes et de voies de transmission. Ainsi, différents mécanismes de transmission et d'émergence sont impliqués dans la circulation du virus de la FVR (VFVR) et ceux-ci dans des écosystèmes contrastés d'Afrique, de la Péninsule Arabique et des îles du sud-ouest de l'Océan Indien, dont l'île de Madagascar.

Par sa superficie, sa grande diversité éco-climatique et sa faune et flore endémique, Madagascar est considérée comme une île continent. On y retrouve, en effet, des écosystèmes variés plus ou moins favorables aux moustiques : semi-arides dans le sud-ouest, humides et froids sur les hautes terres centrales, per-humide dans l'est et humides et chaud dans le nord-ouest. Madagascar a été affectée par deux épidémies de FVR en 1990-91 puis 2008-09. Une étude menée lors de la dernière épidémie a montré que le virus avait largement diffusé dans l'île de façon hétérogène.

Compte tenu de la complexité des mécanismes de transmission de la FVR et de la diversité des écosystèmes de Madagascar, nous avons supposé que cette hétérogénéité spatiale était due à des mécanismes de transmission et d'émergence qui variaient en fonction des écosystèmes de l'île. Ainsi, le premier objectif de ce travail de thèse étaient de déterminer les mécanismes et les dynamiques de transmission de la FVR inhérents aux différents écosystèmes de Madagascar. Le second objectif a été d'identifier les mécanismes d'émergence de la FVR à Madagascar et de déterminer s'il sera possible, et nécessaire, de prédire cette émergence à l'échelle des écosystèmes.

Les résultats de ces différents travaux nous ont permis de présenter des hypothèses de transmission dans les différents écosystèmes de l'île et ainsi de proposer des stratégies de surveillance, de prévention et de lutte contre la FVR adaptées au contexte de Madagascar.

Mots-clés : Fièvre de la Vallée du Rift, Mécanisme de transmission,Madagascar, Dynamique de transmission, Facteur de risque

Jury :

Mme Véronique CHEVALIER,  CIRAD                     Co-Directeur de thèse

Mr Jean-Michel HERAUD,  IPM                                 Co-Directeur de thèse

Mme Anna-Bella FAILLOUX,  Institut Pasteur     Rapporteur

Mme Gwenaël VOURC'H,  INRA                               Rapporteur

Mme Christine FOURICHON,  ENVN                       Examinateur

Mr Olivier GIMENEZ,  CNRS                                        Examinateur

Mr Christophe ROGIER, IRBA                                     Examinateur

Mr Benjamin ROCHE,  IRD                                           Invité

Publiée : 06/12/2016

Cookies de suivi acceptés